Premier vol de banque à Magog

Coffre fort troué

Premier vol de banque à Magog

Vendredi soir, 1er août 1969, 18h55.

Claudette Arguin Vachon, caissière à la Caisse populaire Magog-Est, sur la rue Saint-David, se rappelle : le directeur, Roméo Thisdèle, crie « Des voleurs! Des voleurs! » à la vue de  deux hommes cagoulés et armés. Les cambrioleurs sautent par-dessus le comptoir et menacent les clients et le personnel: « Couchez-vous par terre » « Ouvrez les tiroirs- caisses ».

Coffre fort troué

Coincée sous la machine IBM contenant les cartes de chaque sociétaire, Claudette ne peut que s’agenouiller. Elle se souvient d’un conseil que son mari Gaston Vachon, policier à Magog, lui avait donné : « Si jamais il y a un hold-up, essaie de retenir une seule chose, un détail particulier». Elle fixe donc le soulier droit du voleur tout près d’elle. Soulier noir, encavure dans la semelle….

M. Luc Beaulieu et son épouse, qui arrivent devant la caisse au moment où les bandits sortent, décident de suivre l’automobile dans laquelle les cagoulards ont pris place avec le complice qui les attendait. Alertés, les policiers Patrick Gagnon et Julien Boily entreprennent la poursuite sur le chemin de la rivière (rue Saint-Patrice Est). Le conducteur perd le contrôle du véhicule qui s’immobilise dans le fossé. Les voleurs s’enfuient vers le boisé.

La Sûreté du Québec et des centaines de citoyens prêtent main forte aux policiers. Le constable Fernand Boisvert s’installe sur le terrain de MacPherson Lumber, déménagé dans le Parc industriel, au cas où ils fuiraient par la rue Sherbrooke. Le détective Donald Lizotte scrute la forêt toute la nuit. Il pleut abondamment. À 7h samedi matin, les voleurs sont aperçus par les volontaires Benoît Légaré et Jean Bailey. Il s’agit de Serge Cadorette, 22 ans, et des frères Loiselle, Constant, 20 ans, et Jean-Guy,  25 ans, tous de Waterloo. Ils ont changé de vêtements pour se déguiser, probablement à partir d’une cache dans le bois, mais portent les mêmes souliers ! Les policiers Robert Sergent et Patrick Gagnon procèdent à leur arrestation.

Ils sont conduits en cellule au poste de police, où une foule se rassemble voulant voir les cambrioleurs. Un « line up » est constitué pour identification. À la suite de son témoignage, on demande à Claudette A. Vachon de les identifier. Puisqu’ils portaient une cagoule, le seul indice est LE soulier noir. Elle demande qu’ils montent sur une table afin de pouvoir examiner la chaussure dont elle a mémorisé les moindres détails. Identification positive.

Le détective Donald Lizotte étudie les preuves reconstituées par les policiers après avoir retrouvé les cagoules et l’auto des braqueurs, rapportée volée à Waterloo. L’enquête préliminaire a lieu le 14 août à Sherbrooke. M. Lizotte est accompagné d’une escouade spéciale de la Sûreté du Québec pour crimes majeurs.

Mme Claudette Arguin Vachon est citée à témoigner afin d’identifier les cambrioleurs.

Son souvenir du soulier noir est soumis à un interrogatoire serré par l’avocat de la défense, Me Claude Léveillée.  La preuve étant établie, le procès est transféré à Cowansville, puisque les suspects font face à d’autres accusations. Ils sont trouvés coupables du cambriolage de la Caisse populaire Magog-Est.

Et les 6 000 $ volés ? Non retrouvés. Il appert que la conjointe d’un des voleurs ayant obtenu l’information lors de sa visite en prison, aurait retrouvé le magot qui aurait servi à payer les honoraires de l’avocat de la défense, propos obtenus de source fiable à la sortie du procès.

C’était le premier vol de banque à Magog. De nos jours les hold-up sont moins fréquents, mais Il y en a quand même eu un en 2003, à la Banque de Commerce (CIBC). Intervention majeure dirigée par la Sûreté du Québec.

Danielle Lauzon