La crise se pointait le nez à Magog

By | 17 janvier 2005
En 1929, les marchés boursiers ne sont pas à la portée des ouvriers du textile ou des commis de magasins qui font 9 $ par semaine. Aussi, on peut supposer que peu de Magogois sont affectés par la panique boursière du mois d’octobre. Mais lorsque le ralentissement de l’économie atteint le secteur industriel, personne n’est… Read More »
This post is only available to members.