La fête du Canada est célébrée en l’honneur de la naissance du Canada le 1er juillet 1867, officialisée par la signature de l’Acte de l’Amérique du Nord britannique. Cet acte, aujourd’hui connu sous le nom de Loi constitutionnelle de 1867, crée la constitution Canadienne et donne au pays le titre de Dominion. Cela accorde au Canada une autonomie certaine, bien que la Couronne britannique soit encore considérée comme la mère patrie. L’Acte de l’Amérique du Nord britannique répartit les responsabilités entre les pouvoirs fédéraux et provinciaux tout en définissant le droit des citoyens canadiens et des citoyennes canadiennes. À l’époque, le territoire du pays s’étend seulement au Nouveau-Brunswick, à la Nouvelle-Écosse, à l’Ontario et au Québec. Ce n’est qu’en 1999 avec l’introduction du Nunavut que le Canada devient tel qu’on le connaît aujourd’hui.

Sans titre-3

Parade de la fête de la Confédération en 1958 – Fond studio RC. La Société d’histoire de Magog

En 1868, l’année suivant la signature de l’Acte, le vicomte Monck, alors premier gouverneur général du Canada, signe une proclamation invitant tous les Canadiens et les Canadiennes, alors sujets de Sa Majesté la reine d’Angleterre, à célébrer le 1er juillet. Une dizaine d’années après, une loi fédérale désigne l’anniversaire de la Confédération comme la « fête du Dominion ». Ce n’est que le 27 octobre 1982, peu de temps après l’adoption de la Loi constitutionnelle de 1982, qui rapatriait la Constitution et donne au Canada son indépendance politique totale, que la « fête du Dominion » se transforme en « fête du Canada ».

La fête du Canada est joyeusement soulignée depuis ses débuts, bien que la formule de la fête ait légèrement évolué. En effet, alors qu’au début du 20e siècle, cette célébration est dédiée aux Pères de la Confédération et aux Canadiens ayant combattu en Europe pendant la Première Guerre mondiale, on assiste, à l’aube du 150e anniversaire du Canada, à une célébration des valeurs canadiennes comme la diversité et le multiculturalisme. Entre temps, plusieurs villes canadiennes se sont dotées de festivités locales et s’assurent, chaque 1er juillet, de faire briller le ciel de mille feux, tradition encore en vigueur aujourd’hui.

Bonne fête du Canada à tous et toutes !

Sans titre-4

Des majorettes à la parade de la fête de la Confédération en 1958 – Fond studio RC. La Société d’histoire de Magog