Si vous ne connaissez pas Shanks, Québec, prenez la rue St-Patrice E. (chemin de la Rivière) en direction du secteur Venise. Trois kilomètres après la jonction de l’autoroute 55, vous apercevrez sur votre droite, le long de la voie ferrée, un panneau de signalisation ferroviaire indiquant que vous arrivez à Shanks. Sur la gauche, vous verrez successivement la chapelle Notre-Dame du Divin-Amour, le Cep d’Argent puis le club de golf Venise.

Débarcadère du Canadien Pacifique

Le hameau de Shanks apparaît au Official Guide of the Railways of the United States, Porto Rico, Canada, Mexico and Cuba, publié à New York en 1943, sous l’appellation de Shanks Quebec. Il est également inscrit sur les cartes topographiques de la région. Situé tout autour de la voie ferrée du Canadien Pacifique, sur la rive ouest du lac Magog, le hameau était assez important pour que la compagnie ferroviaire (CPR) y aménage une voie d’évitement et un débarcadère entre la rue Sorel et la rue Mgr Vel, le long de la rue des Riverains. Cette voie secondaire existe toujours. Pendant la période estivale, les villégiateurs en provenance de la région de Montréal y débarquaient en grand nombre.

ShankMontage

Selon le géographe et historien Jean-Marie Dubois de l’Université de Sherbrooke, qui m’a sensibilisé à cette curiosité, le nom serait apparu entre 1934 et 1944. Il fut ensuite appliqué au hameau qui s’est constitué entre les années 1940 et 1960, entre le golf de Venise et la pointe Lagueux (Gérard Lagueux, 1919-2001), sur le lac Magog.

L’origine du nom n’est pas certaine, mais selon le professeur Dubois, il rappellerait la mémoire de la famille d’Ovide Shanks qui aurait habité ce secteur. De plus, William, un fils d’Ovide, était mécanicien de locomotive. Coïncidence?

Desserte de Notre-Dame-du-Divin-Amour

Le 8 mai 1950, une requête, demandant la fondation d’une mission, est signée par les résidents du secteur Venise et adressée à Mgr Desranleau. Ce dernier accepte la demande et la future desserte dépendra de la paroisse Ste-Marguerite-Marie de Magog. La première messe est célébrée par le curé Vel, le 2 juillet 1950, dans un vieux garage aménagé à cette fin. Deux-cent-sept (207) personnes y assistent, et pour satisfaire la demande, l ‘officiant doit obtenir l’autorisation de célébrer deux messes (biner). Une chapelle, construite l’année suivante, est bénite le 19 août 1951 et dédiée à Notre-Dame-du-Divin-Amour. Cette desserte, fondée pour accommoder d’abord les résidents de Venise, est également fréquentée par les villégiateurs de Shanks. La desserte a dû cesser ses activités en 1999.

Les seuls vestiges tangibles de Shanks sont le panneau de la voie ferrée, et la voie d’évitement du débarcadère. En 1968, la Commission de toponymie du Québec avait déjà officialisé le nom de Shanks pour désigner le hameau. Plus récemment, le 5 décembre 2013, suite aux efforts de M. Jean-Marie Dubois, la Commission vient d’officialiser le nom de Shanks pour désigner le ruisseau de plus d’un kilomètre qui draine une partie du chemin de Venise pour finalement se jeter dans le lac Magog.

Maurice Langlois, Société d’histoire de Magog

Janvier 2014