La pionnière de la bibliothèque à Magog

Née à Montréal le 21 janvier 1911, Henrietta Kathleen Milne, mieux connue sous le nom de Kay, est la fille de Herbert Lawrence Warren et de Alice Frances Rattray. Son père était président de la Warrendale Shirt Co. de Montréal. Après un court séjour à Calgary, où Kay commence ses études primaires, la famille revient à Montréal, où Kay poursuit ses études classiques. Reçue bachelière ès arts à l’Université McGill, en 1932, elle décide de poursuivre sa quête de connaissances et obtient son permis d’enseignement en 1934.

È ses débuts, la bibliothèque Memphrémagog loge è la Princess Elizabeth High School. Voici l'établissement en 1952. Fonds de la Bibliothèque Memphrémagog. La Société d'histoire de Magog

À ses débuts, la bibliothèque Memphrémagog loge à la Princess Elizabeth High School. Voici l’établissement en 1952. Fonds de la Bibliothèque Memphrémagog. La Société d’histoire de Magog

Bien que détentrice d’un diplôme d’enseignement, Kay Milne n’enseigne pas professionnellement très longtemps. Elle enseigne pendant deux ans au Miss Edgar’s and Miss Cramp’s School (ECS), une école privée de Westmount pour jeunes filles, fondée en 1909 et qui existe encore aujourd’hui. Unilingue anglophone et désireuse d’apprendre le français, Kay va enseigner l’anglais au Lycée pour jeunes filles de Nîmes, en France pendant deux ans.

Elle rencontre son futur mari, Harry Milne, à Magog où ses parents ont un chalet. Comme son père, Harry travaille à la Dominion Textile et la famille habite le Quartier Michigan. La guerre éclate et Harry joint les Forces armées. Ils se marient à Terre-Neuve où il est stationné, le 6 septembre 1941 et elle-même participe à l’effort en confectionnant des cols pour les militaires. Le couple s’établit à Magog en 1945 et ils ont deux filles; Catherine Alice, en 1946 et Jean Frances, en 1948.

Très impliquée dans son milieu, Kay Milne est frappée par la grande pauvreté de certaines familles de Magog et décide de leur venir en aide. Elle prépare des boîtes de nourriture, de vêtements et autres effets qu’elle leur apporte. Elle est toujours présente pour les moins bien nantis en intervenant pour eux auprès des organismes de charité et gouvernementaux.

Kay s’est toujours préoccupée des problèmes d’éducation, tant chez les jeunes que chez les adultes. En 1951, elle fonde la Home and School Association de Magog et devient membre de la Quebec Federation of Home and School Associations, fondée en 1944. Au début des années 1950, elle est membre du Magog High School Building Fund Committee et s’implique dans la construction du Princess Elizabeth High School de la rue Bellevue, devenu depuis le Princess Elizabeth Elementary School. Elle met sur pied la Magog Community School, qui s’adresse à l’éducation des adultes, et participe à la School Dental Clinic. Kay organise aussi la première troupe de guides anglophones à Magog et la fait reconnaître par le Canadian Council of Girl Guides Association, en 1958.

Les deux réalisations majeures de madame Milne sont, sans aucun doute, la Bibliothèque Memphrémagog et le complexe Manoir Lions-Pinecroft. En étroite collaboration avec la Austin Women’s Institute elle jette les bases de ce qui est devenu la Bibliothèque Memphrémagog. Elle est membre du conseil d’administration depuis 1971 et présidente de 1974 à 1991. Kay est l’instigatrice de la vente annuelle de livres, source de revenus nécessaire pour une bibliothèque insuffisamment financée. À Sherbrooke, au treizième Salon du livre de l’Estrie (1991), elle est choisie meilleure lectrice et promotrice de la lecture sur tout le territoire de la MRC.

Après une croisade qui a duré plus de vingt ans et une levée de fonds du secteur privé, Pinecroft, une résidence pour personnes âgées, est inaugurée en 1989. Le complexe qui résulte de son acharnement porte aujourd’hui le nom d’Hébergement Magog-Orford.

Kay Milne participe à de nombreux autres organismes. Soucieuse de l’amélioration de la condition féminine, elle fait partie de la University Women’s Club of Montreal et de la Austin Women’s Institute, un regroupement de femmes rurales préoccupées par l’éducation. Elle est membre de l’association des Dames auxiliaires de l’hôpital La Providence, fondée en 1960 et dont Mme Roger Guertin est la première présidente. Kay participe à la première assemblée générale du Carrefour du Partage de Magog, le 8 octobre 1980. Elle siège au conseil d’administration des Services sociaux de Sherbrooke (1973) et, en novembre 1990, elle est invitée à participer à Santé et mieux-être ConsultAction 2000.

Féministe avant l’heure, Kay était une grande dame, préoccupée par la pauvreté, l’éducation par la lecture, la condition féminine et l’équité sociale. Elle décède le 5 avril 2001. Les Pépines (Promotion des Estriennes pour initier une nouvelle équité sociale) lui rendent un hommage posthume le 28 mars 2007, en remettant le prix Aequitas à sa fille Catherine.

Maurice Langlois

Avec la collaboration des PÉPINES