Auteur: Geneviève DB

image-communique

Communiqué de presse – lancement campagne de collecte de témoignages

Magog, 6 février 2017 – À la Société d’histoire de Magog, nous croyons que nos enseignantes et enseignants ont marqué notre histoire en touchant des milliers de Magogois au fil des années. Nous désirons donc pouvoir garder en mémoire leur immense contribution à notre communauté et c’est pourquoi nous lançons, du 5 au 25 février une campagne de collecte de témoignages.

Nous profitons de la Semaine québécoise des enseignantes et des enseignants, qui aura lieu du 5 au 11 février, pour lancer cette campagne. Nous désirons recueillir vos témoignages touchant la contribution des enseignants et des enseignants magogois à votre vie et à la communauté. Vos témoignages peuvent prendre la forme dont vous désirez et nous vous invitons à être créatifs! « À travers cette campagne, nous désirons souligner le travail exceptionnel des enseignants et des enseignantes et mettre en lumière leur apport au sein de notre communauté, qui est beaucoup plus grand que le simple fait d’enseigner », mentionne Josianne Jetté, présidente du Conseil d’administration de la Société d’histoire de Magog.

Trois façons sont à votre disposition pour nous soumettre vos écrits, images, vidéos et autres documents:

-Via le site web de la Société d’histoire en complétant le formulaire à l’adresse suivante: http://www.histoiremagog.com/temoignage-education/

-À la Bibliothèque Memphrémagog (Dépôt réservé à cet effet)

-À la Société d’histoire, sur les heures d’ouverture (consulter le site web)

Durant l’année 2017, vous aurez l’occasion de retrouver vos divers témoignages mis en valeur, restez à l’affût!

 

 

 

 

Crédit photo: Artefactuel
Crédit photo: Artefactuel

Quelques précisions concernant l’archéologie aux abords du lac Memphrémagog

Le 13 janvier 2017, était publié un article signé Gérard Leduc et Sylvie Delorme concernant un présumé percuteur retrouvé sur l’île ronde au lac Memphrémagog. On y découvre les interprétations de M. Leduc concernant cet objet et on y fait des parallèles avec le site de la pointe Merry ainsi qu’avec l’excavation de l’îlot Tourigny. Bien que l’on puisse reconnaître l’objet comme un témoin de l’occupation préhistorique du lac Memphrémagog, il est important pour nous, archéologues, de rectifier certaines affirmations faites dans l’article publié.

D’abord, il est important de rappeler que l’ancienneté de l’occupation du lac Memphrémagog est très bien connue des archéologues. Par ailleurs, nous savons que différentes communautés à différentes époques ont occupé les abords du lac, il ne faut donc pas nécessairement tenter de relier chaque site à une même occupation, bien qu’une utilisation contemporaine puisse parfois être conclue ou que l’on pourrait éventuellement déceler une filiation culturelle à travers les artefacts. Ainsi, il est relativement prématuré et confondant pour les lecteurs de mettre dans un même article la découverte récente du présumé percuteur, la pierre aviforme, et l’Îlot Tourigny.

La pierre trouvée sur l’Île ronde, décrite comme un percuteur, est un très bel artefact dont on retrouve des équivalents régulièrement en Amérique du Nord. Il n’est donc pas nécessaire de se rendre dans les mines d’Israël pour lui trouver un équivalent. Il est généralement reconnu comme étant un « plummet », c’est-à-dire un poids de filet à pêche, associé le plus couramment à la période archaïque récente, mais il pourrait également s’agir d’un percuteur-broyeur ou encore un marteau. Mentionnons qu’il n’existe aucune évidence que les peuples autochtones ont exploité le plomb dans le passé. Néanmoins, une étude tracéologique pourrait permettre d’en dire davantage sur l’utilisation faite de l’artefact. Mentionnons également que ce type d’objet n’est pas diagnostique d’une période précise et aucune affirmation concernant sa datation ne peut être émise sans son contexte. Une datation de 3000 à 9000 AA reste dans le probable et pas si surprenante considérant les autres occupations connues dans la région.

En ce qui concerne la pointe Merry, plusieurs travaux ont été effectués récemment et nos collègues qui seront appelés à réaliser des recherches supplémentaires sur le matériel archéologique de la région ne manqueront pas de mettre en lien de façon appropriée ces différents travaux. Cependant, il s’agit d’un site riche et complexe qui ne peut être résumé qu’à la pierre aviforme. D’ailleurs, la référence utilisée dans cet article date de 1995 et il y aurait aujourd’hui beaucoup à ajouter et à nuancer concernant l’interprétation de cette pierre.

 Pour le cas de l’Îlot Tourigny, il est vrai de dire que le terrain se situe à proximité de sites à fort potentiel archéologique. Cependant, l’entrepreneur n’étant pas tenu par la loi d’établir une surveillance archéologique dans ce territoire, tout ce que la municipalité pouvait faire était de garder l’entrepreneur informé de ce potentiel. Nous tenons tout de même à mentionner que des archéologues ont suivi le dossier, vérifié le potentiel historique et préhistorique du site afin de s’assurer que les risques de détruire des traces importantes n’étaient pas élevés. Ces personnes sont toujours en lien avec le promoteur pour les phases du projet à venir. Pour ce qui est des ossements et de la pierre retrouvés sur ce site par Sylvie Delorme, cette dernière omet dans l’article avoir contacté un archéologue à ce sujet et qu’on lui aurait bien indiqué que ses découvertes spécifiques ne présentaient pas d’indication d’une occupation préhistorique. Sans données concernant le contexte dans lequel ces ossements ont été trouvés, il est impossible pour les archéologues d’en dire davantage et rares sont ceux qui se prononceraient avec autant d’assurance sur leur identification sans l’avis d’un zooarchéologue.

Nous invitons les citoyens à s’informer sur les lois et obligations en cas de découvertes fortuites auprès du ministère de la Culture et des Communications. De plus, plusieurs archéologues habitent la région et peuvent également vous apporter leur soutien si vous désirez entreprendre des démarches pour confirmer un site, identifier un artefact ou faire la mise en valeur d’un lieu. L’Association des archéologues du Québec, la Ville de Magog, la Société d’histoire de Magog, le Musée de Sciences de la Nature et éventuellement la Corporation de la Maison Merry sont des institutions qui peuvent vous aiguiller vers différents professionnels de l’archéologie. Nous invitons plus particulièrement M. Fred Korman à contacter l’un des auteurs ou l’une de ces institutions, voudrait-il avoir une expertise plus avancée sur le territoire qu’il développe.

Josianne Jetté et Rébecca Janson (archéologues)

 

Horaire-site-web

Horaire pour l’hiver 2017

C’est avec grand plaisir que nous allons vous accueillir le lundi de 9 h 30 à 15 h 30, le mardi de 9 h 30 à 12 h 30 et le mercredi de 12 h 30 à 15 h30. Vous pourrez venir consulter tous les documents de notre centre de documentation et les journaux. Pour la recherche dans les documents d’archives, il faudra toutefois nous contacter à l’avance et prendre rendez-vous afin de nous permettre de préparer vos documents.

Tarifs pour la consultation (centre de documentation, journaux et documents d’archives):

Membres: gratuit

Non membres: 5 $ / heure de consultation
Recherches effectuées par l’archiviste: 25 $ / heure

image-communique

Campagne de collecte de témoignages

À la Société d’histoire de Magog, nous croyons que nos enseignantes et enseignants ont marqué notre histoire en touchant des milliers de Magogois au fil des années. Nous désirons donc pouvoir garder en mémoire leur immense contribution à notre communauté et c’est pourquoi nous lançons, du 5 au 25 février une campagne de collecte de témoignages.

Nous profitons de la Semaine québécoise des enseignantes et des enseignants, qui aura lieu du 5 au 11 février, pour lancer cette campagne. Nous désirons recueillir vos témoignages touchant la contribution des enseignants et des enseignants magogois à votre vie et à la communauté. Vos témoignages peuvent prendre la forme dont vous désirez et nous vous invitons à être créatifs!

Informations personnelles:
Nom*
Adresse
Numéro de téléphone
-
Courriel:*
Témoignage:
Témoignage/ commentaires / anecdote:
Télécharger un fichier (sélectionnez tous les fichiers que vous désirez nous transmettre):
Vérification:

La Traversée internationale en images et en mouvements

Depuis 2005, le 27 octobre est désigné par l’ONU comme la Journée mondiale du patrimoine audiovisuel. C’est pourquoi cette semaine nous vous présentons une publicité produite dans le cadre de l’édition 1989 de la Traversée internationale du lac Memphrémagog. Le Fonds Traversée internationale du lac Memphrémagog, comprend, en plus de nombreux documents textuels et iconographiques, plus de soixante cassettes VHS qui témoignent de l’événement entre 1988 et 2002. Bon visionnement!

 

livre-compte-merry-wen

Livre de compte de Ralph Merry

Description du document:

Ce livre de compte a appartenu à Ralph Merry et témoigne des activités dans son commerce à partir de 1857. Sa lecture nous éclaire notamment sur les produits vendus et consommés à Magog au milieu du 19e siècle et nous donne un aperçu du quotidien des Magogois et des Magogoises de l’époque. Il est l’un des nombreux documents que comprend le fonds Famille Merry.

Description du fonds Famille Merry :

Ralph Merry III, patriote de la Révolution américaine, arrive à l’Outlet, aujourd’hui Magog, le 20 mars 1799, avec sa femme et leurs huit enfants. Ils habitent une cabane de bois rond jusqu’à la construction de la « maison Merry », en 1821. L’année suivante, Ralph III (1re génération) transfère la maison à son fils Ralph IV (2e génération), à la condition qu’il pourvoie aux besoins de ses vieux parents. L’année suivante, Ralph IV transfère la maison et cette responsabilité à son frère cadet Benjamin, qui l’occupera jusque dans les années 1830. À cause d’une interruption dans les journaux intimes de Ralph IV, il est difficile de fixer avec précision la date d’occupation de la maison par Ralph V (3e génération), qui l’habitera jusqu’à son décès en 1887. Par testament, Ralph V la lègue à sa fille Florence (4e génération) et elle l’occupera jusqu’à son décès, en 1928. Florence avait désigné son frère Horace et sa femme comme usufruitiers (à vie) de la propriété, mais ce ne sera qu’au décès du dernier survivant que la propriété pourra être vendue. Horace décède en 1931 et sa femme en 1942.

Le dentiste Marston E. Adams, qui avait épousé, en 1922, Annie Elizabeth (5e génération et fille de Horace) achète la propriété en 1944. En 1927, ils ont eu une fille, Gene Adams (6e génération), qui l’habite avec ses parents jusqu’à son mariage en 1948. Annie décède en 1948 et Marston Adams épouse en secondes noces Nellie Broadbent. Adams décède accidentellement en 1951 et, 2 ans plus tard, Ernest Fields, beau-frère de Nellie Broadbent-Adams, devient copropriétaire avant de devenir propriétaire unique. C’est par ce filon que les derniers propriétaires occupants, Garth et Joyce Fields, ont acquis la maison en 1989. La ville de Magog acheta la maison Merry aux Fields en 2009.

Le fonds Famille Merry comprend plus de 5 000 documents iconographies et de nombreux documents textuels.

aviva

Projet maison Merry – Fonds Communautaire Aviva

Le projet de la maison Merry est l’un des nombreux projets présentés dans le cadre de la compétition Fonds communautaire Aviva. Vous avez jusqu’au 28 octobre pour voter. Les 30 projets ayant obtenu le plus grand nombre de votes seront finalistes pour remporter le grand prix. Allez voter en grand nombre et soutenez ce beau projet !

Rendez vous à l’adresse suivante pour voter: https://www.fondscommunautaireaviva.org/voting/fr-ca/projet/vue/16-366

site-web-aga

Assemblée générale annuelle

Date : 24 novembre 2016
Heure : Accueil et inscription : 18 h 30 Assemblée générale : 19 h 00
Lieu : Salle Ovila-Bergeron, Centre communautaire de Magog – 95, rue Merry Nord, Magog
Ordre du jour AGA 2016

C’est avec grand plaisir que nous vous invitons à l’Assemblée générale annuelle de la Société d’histoire de Magog qui se tiendra le 24 novembre prochain à la salle Ovila-Bergeron située au Centre communautaire de Magog. Nous vous attendons dès 18 h 30 afin de vous inscrire et l’Assemblée générale débutera à 19 h 00.

Au cours des prochaines années, nous souhaitons travailler avec ardeur au développement de la Société d’histoire afin d’animer et de dynamiser l’histoire de la Ville de Magog et
devenir plus que jamais un acteur clé dans la sauvegarde et la diffusion du patrimoine historique magogois. Tout au long de la dernière année, le Conseil d’administration,, a travaillé à la relance de la Société d’histoire et l’Assemblée générale est le moment idéal pour vous présenter le fruit du travail accompli et
notre vision pour les prochaines années.

Votre présence à l’Assemblée générale nous permettra de mieux définir nos orientations pour les prochaines années. Nous vous invitons à devenir membre ou renouveler votre adhésion afin de pouvoir participer à cet exercice important.

Au plaisir de vous rencontrer et de discuter avec vous le 24 novembre prochain.

Josianne Jetté
Présidente
Société d’histoire de Magog

Devenir membre

Procès verbal AGA du 26 novembre 2015

Formulaire de mise en candidature

bandeau-evenement-concert

Concert de l’Ensemble à vent de Magog

Les festivités entourant le 20e anniversaire des Journées de la culture se poursuivent à 19h à l’Auditorium des Tisserands. Profitez d’une belle soirée d’automne pour vous laisser charmer par les talentueux musiciens de l’Ensemble à vent de Magog qui vous feront voyager à travers les époques. Ils interpréteront des pièces soigneusement choisies dans le répertoire musical de la fin du 19e siècle à aujourd’hui. Le concert aura lieu à l’Auditorium des Tisserands de l’Espace culturel.

Plus vieux