Du 17 juillet au 1er août, le Québec en entier célèbrera le quarantième anniversaire des Jeux olympiques de Montréal. Alors que la majorité des épreuves se sont déroulées dans la grande région de Montréal, quelques-unes d’entre elles, le soccer et le handball, ont pris place dans la région des Cantons-de-l’Est. Évidemment, l’évènement a longuement été discuté dans les médias. Tour d’horizon sur ce que La Tribune et le Progrès de Magog avaient à dire sur le sujet.

Le journal La Tribune avait déployé toute une équipe pour assurer la couverture complète des Jeux olympiques de Montréal. Plus d’une dizaine de journalistes et photographes étaient assignés à différents postes, de Montréal à Bromont, en passant par Kingston et Sherbrooke.

JO1

Une publicité annonçant les compétitions de soccer et de handball à Sherbrooke – La Tribune

L’Unité d’opération olympique de Sherbrooke aussi voulait être à son meilleur. En effet, elle a été la seule à tenir quatre répétitions générales en prévision des JO de 1976 afin de s’assurer d’être prête pour accueillir les athlètes et les spectateurs.

Fait troublant et cocasse à la fois, La Tribune rapportait, le 26 juillet 1976, une alerte à la bombe au Palais des sports de Sherbrooke durant le déroulement d’un match de handball Yougoslavie-Japon auquel assistaient près de 2500 personnes. Les policiers alertés ont vite retrouvé la supposée bombe et se sont rapidement rendu compte qu’il manquait un attrait important à cette dernière… l’explosif ! Donc, fort heureusement, rien de grave n’est arrivé.

Plus tard, dans l’édition du 28 juillet 1976, alors que les compétitions sportives de soccer et de handball avaient pris fin, le journaliste Mario Goupil faisait le point sur l’ensemble des compétitions ayant eu lieu à Sherbrooke. Il rapportait que quelque 400 personnes ont travaillé directement dans la région pour faire du déroulement des compétitions un succès et que 25 000 à 30 000 spectateurs auraient pris place dans les estrades.

JO2

Une annonce du Ministère des Communications parue dans le Progrès de Magog peu avant les JO de 1976 – Le Progrès de Magog. La Société d’histoire de Magog

Du côté de Magog, on se souvient des éditoriaux au sujet des JO. On peut lire dans le Progrès de Magog du 7 août 1976, l’éditorial d’une dénommée Marie-Paul qui s’exprimait comme suit : « Les athlètes olympiques nous ont-ils laissé au moins le goût de nous entraîner physiquement ? Ou continuerons-nous, pour la plupart à demeurer des sportifs en fauteuil qui, une bière, une liqueur douce ou un sac de chips à la main se contentent de regarder courir les autres sur notre petit écran ? ». À réfléchir…

Enfin, en dehors du domaine des compétitions, la ville de Sherbrooke a également été hôte dans le cadre des visites régionales pendant les Jeux olympiques. En effet, une petite annonce du Progrès de Magog du 14 juillet 1976 invitait les athlètes régionaux intéressés à poser leur candidature pour accompagner les athlètes olympiques lors d’une visite de l’Estrie le 27 juillet 1976. Y aviez-vous participé ?